Megan Rapinoe soutient les personnes trans dans le sport

Dans un nouvel interview au journal Time, Megan Rapinoe, joueuse de football américaine, gagnante des Jeux Olympiques et lesbienne, s’est positionnée contre les discours dominants sur les personnes trans dans le sport, contre la discrimination et pour l’inclusion.

La prise de position de Rapinoe est à contre-courant dans le paysage politique et médiatique états-unien :

« Je suis à 100% pour l’inclusion dans le sport des personnes transgenres. Les gens ne savent pas grand chose à ce sujet. Nous passons à côté de quasiment tout. Honnêtement, je pense que les gens ne connaissent que la version donnée par les gens de droite car ils sont très bruyants. Ils sont constamment sur le sujet, et incessants.

Au plus haut niveau, il y a des règles à ce sujet. Dans le sport universitaire, il y a des règles. Et également dans le sport olympique et le sport professionnel. Ce n’est pas comme si c’était un espace libre et ouvert à tous et où tout le monde peut faire ce qu’il veut ».

Megan Rapinoe a dénoncé les attaques législatives sur les enfants trans dans le domaine du sport :

« Je pense aussi que les gens ont besoin de comprendre que le sport n’est pas la chose la plus importante au monde, pas vrai ? La vie est la chose la plus importante dans la vie. Et beaucoup des arguments sur la question de l’inclusion des personnes trans ont été avancés par le prisme du sport d’élite.

Mais ce n’est pas la manière dont ce sujet doit être abordé. On parle d’enfants. On parle de la vie des gens. On parle du gouvernement d’un état entier sur le dos d’un enfant ici, trois enfants là. Iels se suicident, parce qu’on leur répète qu’iels sont dégoûtants, différents, mauvais et immoraux, et qu’iels ne peuvent pas faire du sport avec les ami.e.s qui ont grandi avec elleux. Sans parler qu’on essaie de leur interdire l’accès aux soins. Je trouve ça monstrueux ».

J’aimerais aussi encourager quiconque est effrayé que quelqu’un puisse avoir un avantage déloyal sur leur enfant de prendre vraiment du recul sur la situation, et de réfléchir à ce dont il est réellement question ici. Je suis désolée, mais l’équipe de volley du lycée de votre enfant n’est pas vraiment importante. Ce n’est pas plus important que la vie d’un autre enfant.

La joueuse de football interpelle le public sur les mythes de la « domination » des personnes trans dans le sport :

« Montrez-moi les preuves que partout les femmes trans acquièrent toutes les bourses d’études, dominent tous les sports et gagnent tous les titres. Je suis désolée mais rien de tout ça n’arrive. Donc nous devons commencer à être inclusif, point. Faire l’inverse est cruel. Et honnêtement, c’est simplement répugnant ».

La fameuse athlète rappelle les effets stigmatisants de l’exclusion des personnes trans du sport :

« Nous devons vraiment faire un pas en arrière et prendre du recul pour comprendre de quoi nous sommes réellement en train de parler car les vies de personnes sont en jeu. Les vies des enfants sont en jeu, en voyant les taux de suicide, le nombre de personnes dépressives, avec une santé mentale impactée ou qui abusent de drogues. On se soumet tous à « Dieu interdit qu’une personne trans réussisse dans le sport ». Revenons à la réalité et prenons du recul ».